Reprise par ses salariés, Garry Bresse Moteurs devient Scop Garry, L’espace motoculture

Communiqué de presse

Le 21 décembre 2018, Garry Bresse Moteurs, spécialisée dans la vente, l’entretien et la réparation de matériels d’entretien des espaces verts, est devenue une Scop. Une partie de ses 38 salariés a décidé de reprendre les rênes de l’entreprise, à l’occasion du départ à la retraite de son dirigeant, Claude Garry. Leader dans l’Ain, où elle compte 3 magasins, et en bonne place en Saône-et-Loire, avec un magasin à Macon, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros en 2018, et compte bien poursuivre son développement.

 

Si Garry Bresse Moteurs est devenue leader de son secteur dans le département de l’Ain, ce n’est pas un hasard. L’entreprise familiale, fondée en 1962 par Pierre Garry et spécialisée dans le matériel d’entretien des espaces verts, pour les professionnels comme les particuliers, a connu une croissance constante depuis sa création. Elle a construit au fil des ans des partenariats solides avec des fournisseurs majeurs de son secteur, tels qu’Honda, Husqvarna ou encore Echo. Par ailleurs, elle a su se démarquer de la concurrence, notamment grâce à la qualité de son service clientèle, et la diversité de ses prestations. Aujourd’hui, Garry Bresse Moteurs compte quatre magasins dans l’Ain et la Saône-et-Loire à Viriat, Ambérieu, Cessy et Macon, emploie 38 salariés, et réalise un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros.

C’est au moment de l’annonce du départ à la retraite de Claude Garry qu’une partie des salariés, craignant la vente à un groupe concurrent, songent à reprendre eux-mêmes l’entreprise. Convaincus de la capacité de Garry Bresse Moteurs à poursuivre son développement et son ancrage local, et assurer de pouvoir s’appuyer sur une équipe solide et expérimentée, deux ingrédients essentiels à la reprise en Scop, ils font appel à l’Union régionale des Scop pour une étude de faisabilité.

19 des 38 salariés se lancent alors dans l’aventure. Avec l’aide de l’Urscop et de ses partenaires (la société de capital-investissement Transméa, Centre Ain Initiative, le Mouvement coopératif) ainsi que les partenaires bancaires historiques (le Crédit Agricole, le CIC et la Société générale), ils montent un tour de table financier qui leur permet de réunir les fonds nécessaires au rachat de leur entreprise. Si seulement une partie des salariés est aujourd’hui associée de la Scop, l’accession au sociétariat reste ouverte à tous afin que chacun puisse, à terme, devenir à son tour coopérateur.

L’ensemble de l’équipe restant présente dans la nouvelle Scop, la continuité des compétences, des expertises et de l’ADN même de Garry Bresse Moteurs est assurée.

Comme le résume Eric Just, ancien directeur adjoint et actuel Président de la Scop : « J’ai toujours trouvé, dans cette entreprise familiale, une très grande majorité de collaborateurs qui aimaient leur « boutique » et en parlaient comme si c’était la leur. Je considère que la possibilité pour nous, salariés, de prendre en main cette société est avant tout une aventure humaine à partager ensemble, avec des collègues qui aiment leur métier et qui, j’en suis sûr, ont la motivation et les compétences pour la faire fructifier ».

Parmi les axes de développement que s’est fixée la Scop, le développement de son matériel à destination des professionnels, mais également celui des nouvelles technologies de matériel de batterie et de robotisation, devraient lui permettre d’atteindre un CA de 7,7 millions l’an prochain.

20181221_080205